Les arguments d’une extrême droite approchable

May 23, 2020

Une étude des YouTubeurs conservateurs Paul Joseph Watson, Lauren Southern et Sargon of Akkad (Carl Benjamin).

Question de donner du contexte: j'ai rédigé ce texte en 2019 dans le cadre d’un cours universitaire. Les influenceurs de droite sont un sujet que je trouve fascinant, épeurant et, concrètement, important. J’ai moi-même passé près de sombrer dans le "culte" en 2014. Je m'excuse d'avance du style très académique, internaute inconnu.

***

Les dernières années ont vu les académiciens se pencher sur le phénomène des commentateurs politiques sur YouTube. La droite alternative, que Thomas J. Main étudie dans « The Rise of the Alt-Right » emploie particulièrement YouTube afin de véhiculer ses idéaux.

Ce mouvement politique de droite, que l’éditeur du site web American Renaissance définit comme:

« […] a broad, dissident movement that rejects egalitarian orthodoxies. These orthodoxies require us to believe that the sexes are equivalent, that race is meaningless, that all cultures and religions are equally valuable, and that any erotic orientation or identification is healthy. » (Main, 2018, p.4)

C’est ce mouvement controversé et des influenceurs qui en font partie qui seront le sujet d’étude de cette ressource. Depuis, 2014, plusieurs créateurs ont développé une communauté, que la chercheuse Rebecca Lewis a appelé le « Réseau des médias alternatifs » qui, ensemble « […] provide [s] an alternative media source for viewers to obtain news and political commentary, […] » (R. Lewis, 2018, p.4) L’importance qu’a gagnée ce réseau fortement associé à la droite alternative le rend fort convaincant et pourrait, selon certains experts, mener à la radicalisation.

Afin d’approcher le sujet, une recherche de la littérature académique ainsi qu’une étude quantitative du contenu produit par Carl Benjamin (900 000 abonnés), Lauren Southern (700 000 abonnés) et Paul Joseph Watson (1,6 million d’abonnés) ont été effectuées. Ces influenceurs seront sommairement présentés, puis une analyse d’une vingtaine de leurs plus récentes vidéos donnera un aperçu de comment ils présentent leurs arguments. Seront ensuite explorées leurs stratégies et leurs motivations, afin de déterminer l’effet que la combinaison de ces éléments peut entraîner.

Qui sont les influenceurs analysés ?

Carl Benjamin est une personnalité britannique anti-justice sociale qui apparait sur YouTube en 2014. Il critique et s’attaque au féminisme en ligne avec le mouvement #GamerGate, qui dénonçait féminisme abusif qui menaçait de « détruire l’industrie du jeu vidéo. » (Poland, 2016, p.152). Benjamin s’est depuis réorienté : il s’est engagé pour l’UKIP (le United Kingdom Independance Party, un parti de droite pro-Brexit) en tant que candidat pour les élections européennes de 2019. (Kentish, 2019)

Lauren Southern est une journaliste citoyenne, commentatrice politique canadienne et ex-contributrice pour le site web canadien d’extrême droite Rebel Media. Elle publie du contenu antiféministe, anti-Islam et anti-immigration. (R. Lewis, 2018, p.47-48). En 2018, elle réoriente son contenu YouTube et se lance dans la production de documentaires, dont le premier, « Farmlands », s’intéresse aux crimes antiblancs en Afrique du Sud.

Paul Joseph Watson est un youtubeur depuis 2011 et éditeur pour le site web conspirationniste d’extrême droite InfoWars.com. Il s’est installé au sein de la communauté conservatrice avec ses critiques des mouvements de justice sociale, des institutions médiatiques et de la culture. (R. Lewis, 2018, p.48).

Les critiques des influenceurs conservateurs

Vingt vidéos récentes ont été analysées pour chaque créateur sélectionné. Celles-ci ont été catégorisées selon leur sujet et leur format. Les résultats complets sont disponibles ici.

De quels sujets parlent-ils ?

Fig. 1: Les sujets principalement abordés par les youtubeurs analysés

Des soixante vidéos analysées, les catégories de sujets traités les plus importantes sont :

  • 27 % des vidéos réagissent et interprètent un événement d’actualité politique récent. Par exemple, dans le vidéo « #Brexit : Kick them in the Ballot », Carl Benjamin critique le parlement britannique et invite ses abonnés à voter pour l’UKIP.
  • 22 % des vidéos critiquent différents aspects de la culture occidentale. Un exemple de ce genre de vidéo serait « The Truth About Hipsters », qui rigole de la mode des « hipsters ».
  • 20 % des vidéos critiquent les mouvements de justice sociale, comme le féminisme et les politiques de la gauche. La vidéo « The Jordan Peele Fanclub » de Carl Benjamin, par exemple, critique la perception populaire du directeur noir Jordan Peele dans les médias.
  • 18 % des vidéos traitent des problèmes liés à l’immigration. Les extraits du documentaire de Southern capturés dans la mer Égée sont des exemples de ce genre de vidéos.

Comment en parle-t-on ?

Fig. 2: Plus de 50% des vidéos produites par les influenceurs analysés sont sous la forme de commentaires, de monologues devant la caméra.

Les influenceurs choisissent majoritairement (53 %) d’aborder ces sujets sous forme de monologue devant caméra. Les seconds formats les plus populaires sont

  • Les enregistrements d’événements qui représentent 10 %. La vidéo « Q&A at Portsmouth University », de Carl Benjamin est un exemple de ce genre de vidéos.
  • Les discussions entre deux influenceurs représentent un autre 10 %. La vidéo « The Truth About Lakemba » de Lauren Southern en est un exemple. Il est important de noter qu’elle discute, dans cette vidéo, avec Stefan Molyneux, un youtubeur d’extrême droite qui a présenté par le passé des arguments de racisme scientifique (l’idée que certaines races sont naturellement moins intelligentes que d’autres.) (Tripodi, 2018, p.36)
Fig. 3: Tiré de la vidéo « The Truth About Lakemba ». Stefan Molyneux discute avec Southern de Lakemba, un quartier de Sydney avec une importante minorité musulmane.

La droite sur YouTube : un nouveau point de vue attrayant

Afin de mieux comprendre le phénomène des influenceurs conservateurs sur YouTube, il est crucial de se pencher sur les stratégies employées. Rebecca Lewis identifie une ligne directrice dans son étude: la fabrication d’une identité conservatrice commune.

Les vrais opprimés

Selon Lewis, les youtubeurs de droite énoncent constamment qu’ils sont persécutés pour leurs opinions. (R. Lewis, 2018) Francesca Tripodi a constaté que cette stratégie est aussi très présente chez les consommateurs de médias conservateurs traditionnels :

« While none of my respondents had ever been personally harassed for their political opinions, it was clear in my observations that these groups were galvanized by the overarching notion that the intolerant ‘Left’ was silencing conservative expression. » (Tripodi, 2018)

Ce sentiment prend souvent la forme de la dénonciation du « de-platforming ». Par exemple, Carl Benjamin a publié la vidéo « This is How They Will Erase You », dans lequel il dénonce Facebook, YouTube et Twitter pour la fermeture des comptes de l’activiste Tommy Robinson. Il débute en disant que Robinson est « systématiquement effacé » des réseaux sociaux pour ses opinions, (Benjamin, 2019, 0 : 00 à 0 : 19) mais fait fi de mentionner que Robinson a cofondé le groupe islamophobe English Defence League et que celui-ci a été arrêté pour outrage au tribunal en 2017 et pour deux cas d’agressions violentes. (The Scotsman, 2018)

La transgression, c’est cool

Les influenceurs présentent le conservateur du 21 siècle comme un individu cool et rebelle. Pour rejoindre leur auditoire technophile et jeune, les youtubeurs de droite bâtissent « a shared identity based on hipness and edginess » (R. Lewis, 2018) Paul Joseph Watson, par exemple, a publié, en février 2017, la vidéo « Conservatism is the NEW Counter-Culture », qui fait l’éloge de cette idée.

Fig. 4: Tiré de la vidéo « Conservatism is the NEW Counter-Culture »

Jason Lavelle Griffin, doctorant en philosophie, souligne l’importance de la transgression dans cette nouvelle droite. En s’appropriant l’esthétique transgressive des mouvements de contre-culture du passé, la nouvelle droite se veut attrayante. Les nouveaux conservateurs emploient aussi l’humour comme stratégie de transgression et d’attraction : « A central feature of this transgression is the use of irony, horror, disgust and humour to make the actual ideas of Alt-right leaders more palatable, or at least make the other side appear toxic. » (Griffin, 2017, p.43)

Ils sont fous, ces médias traditionnels

Les influenceurs analysés cherchent à délégitimer d’une façon ou d’une autre les médias qui ne font pas partie de la sphère conservatrice. Dans sa vidéo « The Truth About Russian Collusion », publiée le 25 mars 2019, Paul Joseph Watson affirme :

« CNN, MSNBC, the New York Times, the Washington Post, every late-night comedian, all threw their weight behind a conspiracy theory that caused division across the country and undermined democracy. » (Watson, 2019, 0 h 48 à 1 h 1)

Tripodi ajoute à cela l’exemple de PragerU, une chaîne YouTube qui diffuse des vidéos idéologiques, a, entre autres, produit une vidéo nommée « Why No One Trusts the Mainstream Media. », dans laquelle une journaliste affirme que l’actualité déborde de contenu éditorialisé qui supportent les « idéaux libéraux préconçus. » (Tripodi, 2018, p.39)

Les influenceurs de droite emploient plusieurs autres stratégies qui ne seront pas mentionnées ici. Vous pouvez consulter les études de Data & Society à ce sujet.

L’identité « Anti-SJW » comme moteur de croissance

La création d’une identité conservatrice numérique pointe vers deux motivations interreliées : les influenceurs souhaitent propager leurs points de vue tout en faisant croître leur présence numérique.

Griffin argumente que la droite alternative emploie l’outrage pour indigner son public et le pousser à agir. (Griffin, 2018, p.46) Pour les influenceurs analysés, cette indignation est dirigée vers des calls to action : les usagers sont invités à s’abonner sur YouTube, Facebook, Twitter ou Instagram. (R. Lewis, 2018, p.28-30)

Cette motivation passe parfois par la demande d’aide financière, comme pour Carl Benjamin et Paul Joseph Watson, qui ne peuvent plus monétiser leurs vidéos YouTube. (Bromwich, 2018) Watson, par exemple invite ses abonnés à l’aider via PayPal. De la même manière, Lauren Southern a annoncé son nouveau documentaire « Borderless », qui traitera de la crise des réfugiés syriens et incite, avec un vocabulaire fort, à participer au financement. (Southern, 2018)

Un environnement radicalisant

Benjamin, Southern et Watson évoluent dans un environnement numérique composé de créateurs avec des opinions controversées. Est-ce que cet environnement peut avoir un effet social néfaste sur leurs auditoires ?

Pour répondre à cette question, le journaliste de guerre spécialiste en radicalisation Robert Evans a étudié des messages divulgués par une fuite sur des serveurs Discord privés ouvertement fascistes. Il a étudié ce qui a mené les membres de ces groupes à se radicaliser.

Des 75 membres étudiés, 15 créditent YouTube comme étant le facteur qui leur a fait débuter leur conversion et trois créditent directement Carl Benjamin. (Evans, 2018). La bonne question ne semble pas être si, mais plutôt comment YouTube peut mener à la radicalisation.

Un réseau accidentellement et ouvertement interconnecté

Plusieurs journalistes ont enquêté sur comment la plateforme de YouTube peut mener à l’extrémisme politique. Jonas Kaiser et Adrian Rauchfleish ont publié sur Medium.com un article étudiant l’algorithme de recommandations de vidéos sur YouTube :

« We are able to identify several distinct communities with a community detection algorithm, but we see more of the same: YouTube lumps Fox News and GOP accounts into the same community as conspiracy theory channels like Alex Jones. » (Kaiser & Rauchfleish, 2018).

L’algorithme de recommandation de YouTube considère toutes les vidéos conservatrices comme étant de même catégorie : quelqu’un qui consulte du contenu de FOX News est à seulement : « un ou deux clics des chaînes de droite extrémiste, de théories du complot et de contenu radical. » (Kaiser & Rauchfleish, 2018).

La sociologue turque Zeynep Tufekci souligne que l’algorithme semble avoir déterminé organiquement que le contenu violent et controversé capte l’utilisateur et le fait participer davantage. (P. Lewis, 2018).

Ce rapprochement n’est pas qu’algorithmique : les influenceurs approchables et modérés exposent leurs auditoires à du contenu radicalisant en réseautant avec des radicaux. La vidéo « The Truth about Lakemba » mentionnée précédemment, est un exemple. Rebecca Lewis conclut d’ailleurs son rapport en disant :

« Content creators have employed the tactics used by brand influencers, along with social networking, to establish an alternative to mainstream news, convey their ideas to audiences, and monetize their content. As a result, audiences and influencers alike are accessing, producing, and supporting extremist and often harmful content. » (R. Lewis, 2018, p.43) 

Autant accidentellement que volontairement, les commentateurs politiques peuvent exposer leurs auditoires à des contenus racistes, extrémistes ou conspirationnistes.

Une communauté polarisante

Dans son livre #Republic, Cass Sunstein montre comment les opinions extrêmes se popularisent lorsque les utilisateurs se regroupent. Elle explique ce phénomène par trois raisons :

  • La surabondance d’arguments positifs fait disparaitre les opinions ambivalentes
  • Le besoin d’être bien vu par les membres du groupe encourage ceux qui se prononcent en faveur de l’opinion commune et décourage les ambivalents
  • Les arguments qui sont supportés par les autres du groupe sont adoptés avec confiance par les spectateurs
Fig. 4 : Une invitation publiée par Benjamin le 21 avril 2018.

Elle détaille ensuite l’importance de l’identité de groupe lors du processus : « Group polarization will significantly increase if people think of themselves as part of a group having a shared identity and a degree of solidarity. If they think of themselves in this way, group polarization is both more likely and more extreme. » (Sunstein, 2018, p.75)

Les influenceurs analysés encouragent leurs communautés à se rejoindre et à discuter ensemble. Carl Benjamin, par exemple, encourage ses admirateurs à se joindre à son serveur Discord. Le doctorant en philosophie Michael George Blight souligne que ces actions permettent aux auditeurs de développer un sentiment de communauté et d’appartenance. (Blight, 2016, p.5) Sunstein note aussi que le niveau de polarisation est plus élevé dans les communautés relativement anonymes, avec des identités de groupe fortes. (Sunstein, 2018, p.77-78) L’identité néo-conservatrice, discutée précédemment, correspond très bien à ces critères.

Des conséquences réelles

La sphère conservatrice sur YouTube est particulièrement attirante pour les jeunes hommes isolés et émotionnellement vulnérables. Ce réseau d’influenceurs semble distant, mais pourtant, la tuerie de la Mosqué de Québec de 2017 a été fort probablement causé par ce processus de radicalisation. Le perpétrateur de 29 ans, Alexandre Bissonnette, consultait fréquemment le contenu d'influenceurs de l’Alt-Right sur Twitter, selon l’enquête de la police. (Coletta, 2018) Parmi eux, on remarque, entre autres, Ben Shapiro, Tucker Carlson... et des gens que je vous ai précédemment présenté comme Paul Joseph Watson et Stefan Molyneux.

Je ne prétends pas avoir la solution, mais nous pouvons améliorer la situation en cessant de sous-estimer le potentiel d'influence de ces acteurs.

BIBLIOGRAPHIE

1. Sources

Blight, M. G. (2015). Relationships to Video Game Streamers: Examining Gratifications, Parasocial Relationships, Fandom and Community Affiliation Online. University of Wisconsin-Milwaukee, Milwaukee, Wisconsin.

Bromwich, J. E. (2018, mars 4). YouTube Cracks Down on Far-Right Videos as Conspiracy Theories Spread. The New York Times. Consulté à l’adresse https://www.nytimes.com/2018/03/03/technology/youtube-right-wing-channels.html

CEFRIO. (2018). L’usage des médias sociaux au Québec (Nᵒ 5 ; p. 18). Québec.

Coletta, A. (2018, 18 avril). Quebec City mosque shooter scoured Twitter for Trump, right-wing figures before attack. Washington Post. https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2018/04/18/quebec-city-mosque-shooter-scoured-twitter-for-trump-right-wing-figures-before-attack/

Griffin, J. L. (2017). Motley Fringe: The Moral and Political Psychology of the Alt-Right’s Radicalization Pipeline. Washington State University, Pullman, Washington.

Kaiser, J., & Rauchfleish, A. (2018, avril 11). Unite the Right? How YouTube’s Recommendation Algorithm Connects The U.S. Far-Right. Consulté 28 janvier 2019, à l’adresse Medium website : https://medium.com/@MediaManipulation/unite-the-right-how-youtubes-recommendation-algorithm-connects-the-u-s-far-right-9f1387ccfabd

Kentish, B. (2019, avril 18). Carl Benjamin: Ukip MEP candidate who made rape comment about Labour MP calls her “giant b****” | The Independent. Consulté 19 avril 2019, à l’adresse The Independant website : https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/carl-benjamin-ukip-jess-phillips-rape-sargon-akkad-eu-election-parliament-a8876361.html

Lewis, P. (2018, février 2). « Fiction is outperforming reality » : how YouTube’s algorithm distorts truth. The Guardian. Consulté à l’adresse https://www.theguardian.com/technology/2018/feb/02/how-youtubes-algorithm-distorts-truth

Lewis, R. (2018). Alternative Influence: Broadcasting the Reactionary Right on Youtube (p. 61). Data & Society.

Main, T. (2018). The Emergence of the Alt-Right. Dans The Rise of the Alt-Right (p. 3‑10). Washington, D.C.: Brookings Institution Press.

Poland, B. (2016). Misogynist Movements: Men’s Rights Activists and Gamergate. Dans Haters (p. 123‑157). Nebraska: University of Nebraska Press.

Evans, R. (2018, octobre 11). From Memes to Infowars: How 75 Fascist Activists Were “Red-Pilled”. Consulté 28 janvier 2019, à l’adresse bellingcat website : https://www.bellingcat.com/news/americas/2018/10/11/memes-infowars-75-fascist-activists-red-pilled/

Sunstein, C. R. (2018). Polarization. Dans Divided Democracy in the Age of Social Media. #Republic (NED-New edition, p. 59‑97). Consulté à l’adresse https://www.jstor.org/stable/j.ctv8xnhtd.6

Tripodi, F. (2018). Searching for Alternative Facts (p. 64). Data & Society.

Who is Tommy Robinson? The former EDL leader and right-wing figurehead - The Scotsman. (2018, novembre 15). Consulté 19 avril 2019, à l’adresse https://web.archive.org/web/20181115143111/https://www.scotsman.com/news/uk/who-is-tommy-robinson-the-former-edl-leader-and-right-wing-figurehead-1-4830451

2. Vidéos mentionnées

PragerU. (2017a). Why No One Trusts the Mainstream Media. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=4pzZvMzotMc

Sargon of Akkad. (2019a). #Brexit: Kick them in the Ballot. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=WSd02wC2BZA

Sargon of Akkad. (2019b). The Jordan Peele Fanclub. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=GMd-oWcQsmE

Sargon of Akkad. (2019c). This Is How They Will Erase You. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=Ny9bVn6Kf6g

Southern, L. (2018a). A New Direction. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=WDJFJ4gr8jY

Southern, L. (2018b). My New Documentary. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=PxfUW6tqrhc

Southern, L. (2018c). The Truth About Lakemba. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=x9MgCE933w8

Watson, P. J. (2017). Conservatism is the NEW Counter-Culture. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=avb8cwOgVQ8

Watson, P. J. (2019a). The Truth About Hipsters. Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=pKBRx2UYaxM

Watson, P. J. (2019b). The Truth About « Russian Collusion». Consulté à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=3vi04iC2fB8

Lire d'autres articles

April 10, 2022
Sexe, violence, excès : les publicités de Cyberpunk 2077

Une analyse des thèmes représentés dans les images publicitaires de Cyberpunk 2077

April 1, 2022
Briser les règles de la bonne façon: La modification des règles de D&D 5e sur /r/UnearthedArcana

Une étude sur quels types de modifications de règles sont appréciées dans une communauté en ligne de D&D 5e.

June 23, 2021
Inventer des mondes qui n’existent pas

J’avais 15 ou 16 ans, je pense. Je travaillais dans un restaurant de chaîne. Un soir où c’était particulièrement tranquille, je me souviens avoir pris un stylo et une napkin et, sur le coin d’un comptoir, j’ai inventé un monde. J’ai dessiné une forme sans-sens, que je savais être une large péninsule, le territoire où […]

June 17, 2021
Les 10 000 façons de casser une chaise sur la tête du méchant

Tu as une chaise, il y a un méchant devant toi. Comment est-ce que la chaise va casser?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram